4 conseils pour réussir l’examen VTC

 

Dès janvier 2018, une carte professionnelle sera indispensable pour exercer en tant que chauffeur VTC en France. Aussi, ceux qui ne peuvent obtenir ce précieux sésame par équivalence sont dans l’obligation de réussir l’examen VTC. Voici donc quelques conseils pour franchir cette étape pas si évidente que ça…

 

S’accorder quelques jours de révision intensive

emblent le penser, il est indispensable de bien le préparer en amont.

D’ailleurs, afin de mettre toutes les chances de votre côté pour le réussir, il est vivement recommandé de dédier les derniers jours précédant l’examen à des révisions intensives.

Certains jugent qu’une semaine est largement suffisante pour faire le tour du programme à maîtriser pour l’examen mais l’idéal est de s’octroyer entre 2 et 3 semaines pour bien réviser toutes les matières.

 

Ne négliger aucune des matières présentes à l’examen VTC

L’épreuve théorique de l’examen comprend 6 matières : réglementation des transports, sécurité routière, gestion d’une entreprise, développement commercial, français et enfin anglais.

Certains candidats considèrent qu’il est possible de privilégier certaines à d’autres mais attention, chaque matière est affectée d’une note éliminatoire (6/20 à l’exception de l’anglais où elle est fixée à 4/20).

Cela signifie donc que vous devez réviser absolument toutes les matières et ne faire aucune impasse. De plus, attention à ne pas trop s’appuyer sur ce que vous pensez acquis. De nombreux candidats pensent parfaitement maîtriser le code de la route parce qu’ils ont leur permis de conduire et calent face aux questions posées le jour de l’examen VTC.

Eh oui, il ne faut pas omettre que certaines réglementations sont actualisées alors mieux vaut réviser un peu pour s’éviter une mauvaise surprise.

 

Apprendre par cœur quelques phrases-clés pour l’épreuve d’anglais

S’il y a bien une épreuve de l’examen VTC qui est redoutée par les candidats, c’est celle d’anglais. Il faut dire qu’il est impossible, pour une personne ne maîtrisant pas la langue de Shakespeare, de l’apprendre en quelques semaines seulement.

Toutefois, si vous n’êtes pas du tout à l’aise à l’anglais, pas de panique. L’épreuve porte très largement sur l’anglais adapté au monde du VTC. Prenez donc le temps nécessaire pour apprendre par cœur quelques expressions que vous pourriez être amenés à utiliser lors de la prise en charge d’un client. De même, si vous désirez enrichir votre vocabulaire anglophone, focalisez-vous sur celui qui peut vous être utile.

Si cela ne vous assurera pas d’obtenir la meilleure note, cela vous permettra de passer sans encombre cette partie de l’examen.

 

Suivre une formation à l’examen VTC

Que vous ne vous sentiez pas capable de réviser seul ou que vous ayez envie d’optimiser vos chances de réussite, la bonne option est de suivre une préparation à l’examen. Selon vos besoins, libre à vous d’opter pour une formation consacrée à l’épreuve théorique et/ou à l’épreuve pratique.

En effet, de nombreuses formations au métier de chauffeur VTC sont proposées en Ile de France parmi lesquelles celle très complète de la BVTC Académie. Proposée par des formateurs expérimentés et reconnus, elle affiche un taux de réussite de 91% à l’examen.

Il faut dire qu’au-delà de l’apprentissage des connaissances théoriques et pratiques, cette formation s’accompagnera de nombreux conseils de professionnels pour votre avenir dans le métier.

 

En Bonus : les conseils d’Aissam, Directeur générale de la BVTC – ACADEMIE 

– Écrire le cours dicté par le professeur
– Poser des questions sur le cours
– Relire ses notes chaque soir
– Faire et refaire et refaire les examens blancs
– Y croire

Commenter via facebook

Articles précédent

La loi Grandguillaume sera bien appliquée à partir du 1er janvier 2018

Articles suivant

Comment faire financer sa formation VTC en 2018 ?

No Comment

Partagez votre avis :