VTC ou Taxi moto, Kamel à fait son choix !

Interview in Progress

 

Interview de Kamel, 27 ans, qui nous raconte son parcours d’entrepreneur :

 

 

 

Bonjour Kamel, pourquoi avez-vous décider de vous lancer en tant que entrepreneur?

L’idée du taxi moto m’est venue, parce que je suis un passionné de moto. Quand je voyais les kilomètres que je faisais, je me suis dit autant en faire profiter les autres et ainsi allier plaisir et travail.

Quels sont les démarches?

J’ai fait une petite étude de marché. Ensuite on m’a présenté un comptable, je lui ai parlé de mon projet, il était plutôt confiant, alors j’ai commencé à prospecter les banques.

Comment convaincre une banque de prêter?

C’est d’autant plus difficile lorsqu’il s’agit d’un nouveau service. Pour que la banque accepte sans prendre trop de risques, j’ai demandé un crédit-bail, c’est-à-dire que je paie ma moto sous forme de loyer auprès de la banque.

Combien de temps entre l’idée et le projet?

L’idée, je l’aie eu en novembre 2013. J’ai attendu l’accord de l’assurance et de la banque. Le projet a vu le jour en juin 2014, au bout de sept mois .

L’entreprise, sous quelle forme?

Sarl avec un apport de 6.000€

Où se trouve le local ?

A mon domicile, puisque je ne reçois pas de client.

Quels sont les contraintes juridiques?

L’assurance demande entre cinq et dix ans de permis moto et cinq ans d’assurance sans accident responsable. Sinon, il y a un véritable vide juridique par rapport à notre profession. Le taxi classique, qui a un gros syndicat et des règles bien précises, nous met une véritable pression parce qu’on leur fait concurrence, ils nous mettent dans le même sac que les VTC . Ils ne veulent pas nous entendre dire « taxi moto » parce que « taxi » est une appellation qui leur est attribuée.

les-taxis-et-la-concurrence-déloyale-699x492

 

Plus difficile d’entreprendre lorsqu’on est issu de l’immigration?

Non, pas avec les banques en tout cas. Mais il est arrivé que certains clients ne veuillent pas que je les transporte parce que je ne leur ressemblais pas .

Au bout d’un an quels sont les bénéfices ?

On commence, mais ce n’est pas encore confortable. Un petit mois pour l’entreprise c’est 5.000€ euros de chiffre d’affaires, un bon mois c’est entre 8.000€ et 10.000€ euros. Mais il faut déduire les charges : Rsi, assurance et salaires de mon associés …

petition-img-13285

 

Quel est une journée type ?

Beaucoup de trajets. Soit on a des rendez-vous, ce qui arrive le plus souvent, soit on bosse. Tout ce qui sature la route nous intéresse.

Quels sont les périodes propices à l’activité ?

Plus il y a d’embouteillages, plus il y a de manifs, plus on bosse. Tout ce qui sature la route nous intéresse !

Comment voyez vous votre évolution dans cinq ans?

Avec cinq motos, continuer de faire un travail de qualité. Je ne veux pas faire du transport de bétail mais soigner au mieux le contact et le service pour que le bouche à oreille fonctionne .

Un conseil à donner à ceux qui veulent entreprendre?

L’amour de son métier, c’est un vrai moteur d’entreprise.

 BLLLLAAAAAAAANNNNCCCCC

Nous pouvons vous suivre et vous aider dans cette aventure, n’hésitez pas à visiter notre nouvelle vitrine : http://bvtc-conseil.fr/

Laisser un commentaire si vous avez des questions.

LA BIBLE DU VTC

Commenter via facebook

Articles précédent

Le VTC doit-il craindre les voitures sans chauffeurs ?

Articles suivant

La course à 5€ : Nouveau conflit entre les VTC et Uber

No Comment

Partagez votre avis :