Peut-on travailler sans Uber en 2019 ?

 

S’il y a une question à se poser quand on est chauffeur VTC c’est de savoir comment rentabiliser au maximum son activité. Et si Uber et toutes les applications VTC en général sont un excellent moyen de démarrer son activité de chauffeur, il existe néanmoins des solutions viables sur le long terme qui permettent de s’en émanciper.

Est-ce viable de travailler sans Uber ? Voici quelques perspectives…

 

L’affiliation à des applications VTC, un premier pas dans le métier

 

Depuis 2014/2015 Uber a fait exploser le secteur d’activité du transport de personnes. La démocratisation de ce secteur d’activité a permis un développement rapide des applications VTC qu’on compte maintenant par dizaine. Si Uber n’a pas crée le métier il a facilité la mise en relation chauffeur/client, et assuré aux chauffeurs une base de clients régulière. Dès les premières minutes d’exploitation on est sûr d’avoir des clients, ce qui est la problématique principale quand on est VTC ! (voir article Comment choisir les plateformes VTC avec qui collaborer)

Pourtant il faut être lucide sur l’évolution du secteur : si la base d’utilisateur va rester stable maintenant que les applis VTC sont entrées dans les mœurs, l’offre et donc la concurrence se sont fortement intensifiées.

Se reposer sur les applis c’est-à-dire sur l’apport de clientèle, c’est risquer de se faire prendre dans un « goulot d’étranglement » où il est de plus en plus difficile de trouver son compte.

  • Les commissionssur le chiffre d’affaire,déjà de l’ordre de 25%(alors qu’elles sont de 8 à 12% dans les autres secteurs d’activités) risquent d’augmenter encore dans les années à venir.
  • Les courses mal tarifiéessont monnaie courante, et à 7 ou 8€ la course il devient dur d’être rentable.

Est-il donc vraiment intéressant de travailler avec les plateformes VTC ?

 

Optimiser ses charges en travaillant avec les applis VTC

 

Pour que votre société soit rentable en travaillant avec Uber ou les autres plateformes VTC, il faut  optimiser votre activité. Optimisation qu’on gagne d’abord sur les charges. (voir article comment optimiser la fiscalité d’un chauffeur VTC?)

  • L’acquisition de son propre véhicule réduit drastiquement les coûts sur le moyen et long terme. Des solutions de crédits bancaires sont envisageables (article sur choisir son véhicule VTC et bvtc-conseil.fr ).
  • Une fois propriétaire on est illimité en terme de kilométrages, on peut alors envisager un deuxième chauffeur pour maximiser la profitabilité potentielle du véhicule.

En optimisant ainsi tous les postes de sa société, même sans gros chiffre d’affaire à la fin du mois, on peut avoir une bonne rentabilité. Et en effet, la notion de chiffre d’affaire n’est pas la plus importante, c’est bien plutôt la rentabilité c’est-à-dire le chiffre d’affaire moins les charges, sur laquelle il faut concentrer son effort.

 

Optimiser son chiffre d’affaire, s’émanciper des applications VTC

 

La seconde étape pour être rentable et compétitif sur le marché est d’optimiser son chiffre d’affaire, ce que les plateformes VTC ne permettent pas. Il faut pouvoir avoir sa propre clientèle, pour cela, des stratégies sont à mettre en place pour plus de visibilité :

  • Développer son site internet pour être en relation direct avec le client
  • Faire sa publicité via facebook, adwords
  • Trouver des partenariats avec des sociétés privées, entreprises, cabinets d’avocats. C’est-à-dire faire de la prospection téléphonique pour démarcher les sociétés susceptibles d’avoir un fort besoin de ce service. (article Comment séduire une clientèle professionnelle?)
  • Les cartes de visite et flyers ne sont pas à négliger et sont un moyen efficace de se faire connaître et de se constituer une clientèle privée.

 

Si vous voulez optimiser votre chiffre d’affaire il faut donc avoir une vision sur le moyen et long terme, et mettre en place des stratégiesqui vous permettront de vous émanciper progressivement des applications. Ces dernières ne vous attendront pas quand sera venue l’heure des véhicules autonomes, il faut donc s’y préparer au mieux ; plus vous serez indépendant, plus votre société sera solide et rentable.

Travailler sans Uber c’est en tout point possible et c’est même souhaitable pour la viabilité de votre société.

 

L’équipe de la Bible du VTC vous OFFRE un entretien téléphonique stratégique pour vous aider dans votre projet
POUR CELA, 3 ÉTAPES SIMPLES :
1. Sélectionnez le créneau qui vous convient,
2. Répondez à quelques questions pour préparer votre appel,
3. Validez votre session et nous vous appellerons au créneau que vous aurez préalablement sélectionné.


Commenter via facebook

Articles précédent

Les chauffeurs VTC bientôt salariés en Californie

Articles suivant

Comment mettre en place votre tarif pour vos clients VTC ?

No Comment

Partagez votre avis :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.